Les Robin: exploiter les Gaspésiens jusqu’à la dernière morue

- Par Claude Marcil - 

Charles Robin © Archives nationales du Canada

René Lévesque écrivait en 1947 :

(….) Ils (les Robin) étaient actifs et sans scrupules. Ils inventèrent un avantageux système de troc et une comptabilité encore plus avantageuse ; et, jusqu’à ces dernières années, ils parvinrent ainsi à garder sous leur coupe, dans un véritable servage, des générations entières de pêcheurs, hommes simples pour qui les chiffres étaient une magie noire d’où ne sortaient jamais rien que des dettes. »

La compagnie Robin a été l’une des plus rapaces de l’histoire du Canada. Fondée après la conquête anglaise par le Britannique Charles Robin, l’empereur de la morue, elle a exploité les pêcheurs gaspésiens pendant deux siècles tout en étendant ses tentacules en Grande-Bretagne, en Méditerranée, dans les Antilles et même en Amérique du Sud. Il faudra un siècle pour la briser, un autre siècle pour l’abattre. À ce moment il sera trop tard.

Robin’s Establishment, Percé, c.1900. (Photo – Matthew Farfan Collection)

En 1954, Hawthorne Daniel et Francis Minot  publiaient « La mer inépuisable :« L’histoire excitante de la mer et de ses ressources infinies ». On se répétait la même rengaine depuis 400 ans: les réserves de morues étaient inépuisables. Pourtant, pendant les quarante ans qui vont suivre la publication du livre, grâce à beaucoup d’aveuglement, de pensées magiques, de politiciens obtus, l’affaire sera réglée et bien réglée : il n’y a plus de morues ni dans l’Atlantique, ni en Gaspésie.

Quand ils s’en vont à la d’rive vers les deux heures du matin
Pour aller pêcher du squidd(e) pour la boëtte du lendemain
Hé! Youppe Youppe ! Hé! Youppe mon gars! ça mord-tu dans ces coins-là?
Hé! Youppe Youppe! Hé! Youppe mon gars! ça mord-tu ou ça mord pas?

(La Gaspésienne de La Bolduc)

Carte des bancs

Au large de l’Amérique du Nord, du Labrador à Cape Cod au Massachusetts, des montagnes s’élèvent sous l’océan Atlantique jusqu’à 200 mètres de la surface. Ces zones peu profondes sont appelées des « bancs ». Le plus vaste s’étend au large de Terre-Neuve. À la fin du Moyen âge, des pêcheurs européens découvrent que la morue y prolifère par millions. Si les explorateurs proclament leurs découvertes, les pêcheurs ne révèlent jamais les leurs. Pendant des décennies, ils gardent jalousement le secret. Puis, par hasard, l’explorateur John Cabot arrive en 1497 sur les bancs de Terre-Neuve.

La Terre Promise de la mer

Il y avait tellement de morues, racontera Cabot que l’équipage les ramassait tout simplement en descendant une chaudière le long du bateau. Cabot vient de découvrir le plus fantastique lieu de pêche que le monde n’avait jamais vu, l’équivalent maritime de la Terre Promise. Le secret des pêcheurs est éventé.

Les Portugais, les Basques, les Français, les Espagnols, les Anglais, tous se précipitent sur les bancs de Terre-Neuve puis dans le golfe Saint-Laurent. Cinquante ans après la découverte de Cabot, on signale 128 bateaux sur les bancs de Terre-Neuve. Soixante ans après, 350 navires; en 1580, 300 à 400 navires uniquement pour les Français. Plus de 10.000 pêcheurs d’Espagne, de France ou d’Angleterre sillonnent la zone en quête de morue qui représente désormais 60% de tout le poisson consommé en Europe.

Séchée ou salée, la morue se conserve indéfiniment, une considération importante à cette époque sans réfrigération. Moins coûteuse que le boeuf, le porc ou l’agneau, la morue devient la principale source de protéines des Européens et un mets apprécié des catholiques qui doivent se priver de viande pendant les 166 jours de jeûne obligatoire de l’année. Pour approvisionner l’Europe, des centaines voire des milliers de navires se rendent chaque année sur les Bancs de Terre-Neuve pêcher une morue qui atteint facilement Près de deux mètres ! (1,997) ( plus de six pieds) et environ 91 kilos (90,7) ( environ 200 livres) (moyenne aujourd’hui, six livres). La recherche des morues se poursuit au-delà de Terre-Neuve et le long de la côte atlantique, du Groenland au Maine en passant par le golfe du Saint-Laurent, partout où il y a des bancs et donc des morues.

De l’Acadie à la Côte Nord, les eaux du golfe sont françaises. Champlain, dans son mémoire de 1618, évalue qu’on pourrait pêcher chaque année un million de morues en Nouvelle-France. Il exagère. Toutefois, en 1747, le père Charlevoix signale dans le golfe 564 vaisseaux français, 27, 500 pêcheurs. À Percé, à Gaspé, cinquante navires pêchent le long de la côte. Les pêcheurs de la Gaspésie ont repéré des bancs riches en morue à proximité des rives, dont un en face de Mont-Louis un autre pratiquement à l’embouchure de la baie de Gaspé.

À la fin du régime français, quelque 500 pêcheurs vivent en permanence dans la région. Chaque printemps, lorsque débute la saison de la pêche qui s’étend de la mi-mai à la mi-septembre, 400 Français viennent les rejoindre à Gaspé et Percé surtout, mais aussi à Grande-Rivière, Pabos et Mont-Louis.

Les marchands britanniques installés à Terre-Neuve et le long de la côte américaine convoitent depuis de nombreuses années les eaux du golfe, poissonneuses mais françaises. Ils attendent avec impatience l’inévitable guerre entre la France et l’Angleterre.

Premier bon signe, même si ce n’est encore la guerre : en 1755, pour assurer leurs arrières, les Britanniques déportent 7000 à 8000 Acadiens. Certains se réfugient au fond de la Baie-des-Chaleurs. Un an plus tard, la guerre éclate enfin.

En 1758, l’armée anglaise, dirigée par James Wolfe, fait sauter le verrou du golfe, la forteresse de Louisbourg sur l’île du Cap Breton. Durant l’été elle ratisse l’Île-du-Prince-Édouard et la vide de ses colons français. Puis, en septembre, Wolfe débarque à Gaspé à la tête de sept vaisseaux de guerre et de 1300 hommes. Pendant deux semaines, les Anglais détruisent les postes de pêche de Gaspé, Grande-Rivière, Pabos et Mont-Louis, brûlent les maisons, détruisent les bateaux, les chaloupes et les gréements de pêche. Lorsqu’ils quittent la péninsule le 27 septembre, vers Québec, vers la victoire, ils ne laissent que des ruines.

La majorité des Gaspésiens a quitté la région. Il ne reste que quelques centaines de personnes entre Gaspé et le fond de la Baie-des-Chaleurs.

Le temps des Britanniques 

En 1763, la France et la Grande-Bretagne signent la paix. La France cède tout, sauf Saint-Pierre et Miquelon et le droit de pêcher dans cette région. La Gaspésie et l’île du Cap Breton sont donc ouvertes à tous les Britanniques; de Terre-Neuve, de la Nouvelle-Écosse, de la côte est américaine, les compagnies de pêche s’y précipitent. Les premiers en tête viennent de Jersey, une des étranges îles anglo-normandes.

Île de Jersey

Société Jersiaise

Île de Jersey (histoire)

Aujourd’hui encore, sur les enseignes des commerces, dans l’annuaire du téléphone, partout en Gaspésie, en Acadie, sur la Côte Nord, des noms comme Rehel, LeGrand, LeGros, LeMesurier et LeTouzel témoignent de la présence des îles anglo-normandes en Gaspésie. 

La plus grande est Jersey située à22 kilomètres au nord des côtes de la Normandie en face de St-Malo. Elle ne mesure que 14 par 8 kilomètres, soit un tiers de l’île de Montréal. Ses habitants sont britanniques, protestants et, à l’époque, parlent français.

Saint-Brelade

Charles Robin naît sur cette île, à Saint-Brelade, le 30 octobre 1743. Son père est boutiquier. Charles Robin perd son père à l’âge de onze ans et sa famille le prend probablement en charge avec ses deux frères. Tous reçoivent, en effet, une bonne éducation et parviennent à bien s’établir dans la vie. L’aîné, Philip, est un haut fonctionnaire de l’île, le second, John, est capitaine d’un navire de pêche à Terre-Neuve. Il n’est pas le seul Jersiais.

En 1765, alors que la Nouvelle-France est devenue britannique, les 943 pêcheurs des îles anglo-normandes représentent 10 pour cent du nombre total des pêcheurs.

Saint-Aubin

En 1765, les trois frères Robin s’associent à d’autres Jersiais pour fonder à Saint-Aubin une compagnie de pêche, la Robin, Pipon and Company. La même année, Philip Robin le nouveau directeur, envoie un navire à l’île du Cap-Breton pour évaluer les possibilités de pêche. Le rapport est favorable; son frère John ouvre alors un poste de pêche au sud de l’île, à Arichat. Ils ont 13 vaisseaux, 300 employés.

La baie des Chaleurs

La compagnie veut s’étendre et, un an plus tard, envoie Charles en éclaireur en Gaspésie. Dans la baie des Chaleurs, il fait une constatation cruciale: la morue est plus petite entre (quatre kilos et demi et neuf kilos) que celles des Grands Bancs de Terre-Neuve où leur grande taille oblige à les saler. De plus, le climat, paisible et sans bruine, facilite son séchage. Il prend un premier contact avec les pêcheurs acadiens.

Il repère aussi un petit port naturel idéal pour mouiller ses navires à l’abri, avec une grande plage de galets pour sécher la morue: Paspébiac.

Charles Robin fait un rapport enthousiaste à ses frères.

L’année suivante, Charles Robin revient à Paspébiac. Deux heures après son arrivée, il part en chaloupe pour Bonaventure, négocie toute la nuit avec les pêcheurs l’échange de sel contre de la morue, repart à l’aube vers Paspébiac, charge sa chaloupe avec des marchandises, traverse la baie vers Caraquet, négocie encore, retourne à Paspébiac. Le lendemain il se dirige vers Carleton. Cette activité trépidante sera la grande caractéristique de Charles Robin. Il retourne au Cap Breton avec 1200 quintaux ( un quintal = 55 kilos) de morue sèche. La compagnie est convaincue et décided’ouvrir un poste dans la Baie des chaleurs.

Pour Charles Robin, le principal problème est la concurrence de marchands venus de la Nouvelle-Écosse, de la Nouvelle-Angleterre, ou de Québec comme Hugh Montgomery et William Smyth. Mais Robin a un atout majeur dans son jeu :

Alors que ses rivaux, unilingues anglophones, sont considérés par les pêcheurs comme des conquérants, Robin parle français.

Il revient les années suivantes, commerce avec les  Acadiens, gagne leur confiance.Il leur vend le nécessaire pour la pêche, des agrès, des lignes, des voiles et de la nourriture : pois, porc, farine, et même de l’alcool. Les Acadiens le paient en saumons ou en morues.

À cette époque, les marchands de poisson sont itinérants. Ils naviguent le long de la baie à la rencontre des pêcheurs. La concurrence est féroce et ruineuse. Charles, le premier, décide dès 1770, de passer l’hiver à Paspébiac. Il y installe un poste de pêche permanent ouvert à longueur d’année. Personne ne pourra acheter les premières morues du printemps avant lui. Mais son principal problème, comme celui de tous ses rivaux est le manque de pêcheurs.

La main d’œuvre

Il y a alors moins de deux cents familles dans la Baie des Chaleurs, seize familles à Paspébiac. Même en ajoutant les Acadiens, ce n’est pas assez. D’autant plus qu’il faut préparer la morue. Cette dernière doit être évidée, étêtée et désossée puis enduite de sel et séchée au soleil.

Il faut aussi des commis, des artisans, des marins etc.

Déportés en Angleterre en 1755, des Acadiens avaient été ensuite libérés et vivotaient dans tous les ports de l’Europe dont celui de St-Malo, juste en face de Jersey. Robin les rapatrie. Au printemps 1774, trois goélettes de la Robin abordent à Paspébiac. À bord, 81 Acadiens qui vont maintenant pêcher pour la compagnie.

Un à un, ses concurrents abandonnent la partie, Robin prospère. Ses pêcheries opèrent chaque année avec une douzaine de vaisseaux. Percé est le principal poste morutier et 400 employés saisonniers y pêchent l’été dans la centaine de petits bateaux que possèdent alors les chefs de famille.

Puis, en 1776, les Américains se révoltent contre la Grande-Bretagne.

Mal protégé par la marine britannique, le golfe Saint-Laurent est vulnérable. Des navires américains détruisent, dès l’été, toutes les installations de la Robin au Cap Breton.

À la mi-juin 1778, deux goélettes américaines attaquent Paspébiac, pillent les magasins de la Robin, transbordent la morue sur son propre navire et brûlent le reste!

Charles Robin leur échappe de justesse en fuyant dans les bois. Il prend le chemin de Jersey durant l’automne, et pendant cinq longues années, il attend le retour de la paix.

En 1783, les Etats-Unis obtiennent leur indépendance.

Dès le mois de juillet, Robin est de retour dans la Baie des Chaleurs. Cette fois a la tête de sa propre compagnie, la Charles Robin and Company. ll rebâtit sans délai les magasins, les quais et les logements de Paspébiac. La pêche reprend.

S’il n’a plus à se préoccuper des Américains désormais interdits en Gaspésie, il doit affronter une douzaine de nouveaux rivaux, énergiques et souvent riches. Le combat est inégal; ce sont des amateurs alors que Robin connaît à fond le commerce de la morue qu’il a peaufiné pendant des années. Il sait où se trouvent les plus riches pêcheries et les meilleures grèves pour le séchage. Il entretient de bonnes relations aussi bien avec les pêcheurs acadiens que les grands acheteurs internationaux de morue de l’Espagne et du Portugal. Tous les Nord-Américains se sont plantés sur ce marché, sauf Robin. Les Portugais et les Espagnols, consommateurs difficiles, préfèrent une morue séchée et légèrement salée.

Contrairement à ses concurrents, de simples administrateurs qui doivent attendre, pendant des semaines ou des mois, les ordres et les autorisations de Québec ou de Londres, Charles Robin est sur place et il est le boss. Sa première décision est de régler le côté volage de la morue.

Un réseau de comptoirs

Acheter de la morue est éprouvant pour les nerfs des commerçants. La morue est un poisson imprévisible; certaines années, elle est abondante dans un secteur de la baie que, rare dans un autre ou l’inverse. Une seule mauvaise année de pêche et c’est la faillite. Robin a une idée audacieuse: créer une chaîne de comptoirs pour acheter la morue où qu’elle soit. Dès 1783, il ouvre un deuxième poste à Percé.

Rapidement, Robin devient le roi et maître des pêcheries les plus importantes de la péninsule, celles de la Baie-des-Chaleurs et de la côte jusqu’à Percé, la frontière économique fixée avec ses rivaux. Cette frontière, Charles Robin ne la franchit pas. L’est de Percé jusqu’à l’extrémité de la Gaspésie et son versant nord est réservé aux autres marchands de Jersey et de Guernesey. Les marchands anglo-normands s’assurent, et pour longtemps, du contrôle total de la pêche en Gaspésie.

Robin veut contrôler la pêche de A à Z : certains de ses employés pêchent une certaine quantité de morue. il fournit aussi à des pêcheurs les barges et les agrès de pêches; dans ce cas, certains sont payés selon la quantité de morue, d’autres reçoivent la moitié de leurs prises. Mais l’essentiel de la morue vient des pêcheurs indépendants qui vendent leurs prises aux caboteurs des marchands qui font la navette tout le long du littoral de la baie des Chaleurs jusqu’à Percé pour la collecter. Comment s’assurer que les pêcheurs lui vendent toutes leurs morues, à lui seul, et à bas prix?

Pognés à la gorge

De mémoire de pêcheur gaspésien, il n’a jamais été possible d’avoir en poche, avant la saison de la pêche, l’argent pour acheter la nourriture, les agrès de pêche, le tissu pour vêtir les enfants et le peu qu’il faut pour survivre, lui et sa famille, jusqu’à l’automne.

Comme tous les autres marchants, Charles Robinfait crédit et se fait rembourser à la fin de la saison de pêche.

Le prix de la morue n’est pas fixé à mesure que le pêcheur les remet au commis de la Robin; celui-ci se contente de les enregistrer. Le prix de la morue n’est fixé qu’à la toute fin de la saison de pêche. Par Robin. À ce moment-là seulement, Robin et le pêcheur font leurs comptes

« ils parvinrent ainsi à garder sous leur coupe, dans un véritable servage, des générations entières de pêcheurs, hommes simples pour qui les chiffres étaient une magie noire d’où ne sortaient jamais rien que des dettes. » (René Lévesque)

Comme Robin augmente le prix de ses marchandises et baisse celui de la morue comme il le veut quand il le veut, le pêcheur se retrouve généralement endetté et il doit s’endetter encore plus pour passer l’hiver.

« Le pêcheur devait par conséquent continuer à faire la pêche et vendre son poisson à Robin puisqu’il n’avait nulle part ailleurs où le vendre et, de plus, il devait s’en remettre à lui pour les avances d’hiver. » (P. 65, Gaspésie rebelle et insoumise, Sylvain Rivière, Lanctôt éditeur, 2000)

Si, exceptionnellement, c’est Robin qui doit de l’argent au pêcheur, il le paie avec des marchandises de son magasin.

Comme le pêcheur ne reçoit pas d’argent, il ne peut pas par exemple acheter sa farine chez les caboteurs qui la vendent quatre fois moins cher que Robin.

Une fois endettés, les pêcheurs sont à toutes fins pratiques incapables de rembourser leurs dettes, et Robin est enfin assuré d’une main-d’œuvre captive, stable et misérable. Charles écrit à son agent en 1790 que les pêcheurs devaient:

« to live in poor miserable huts, which would make you shudder did you but see them. »

Utiliser les politiciens 101

Avec l’appui du lieutenant-gouverneur de la Gaspésie Nicholas Cox, un ami qui lui doit une fortune, le gouvernement émet en 1788 une ordonnance qui empêche quiconque, sauf Robin, d’acquérir de grandes étendues de rivages sans même, privilège inouï, se réserver les plages comme c’est l’usage pour un État.

Bref Robin a donc ses grèves privées, ses terres à bois, et peut utiliser toutes les autres qui sont publiques. Robin peut donc bâtir tout ce qu’il veut.

La même année, Robin est nommé juge de paix. Justement, sa compagnie est une des seules à avoir recours aux tribunaux car la plupart des procès portent sur des recouvrements de dettes entre pêcheurs et commerçants.

Petite inquiétude toutefois lorsque le gouvernement se décide à concéder des terres en Gaspésie. Et si les pêcheurs se lançaient dans l’agriculture?

Mais Charles Robin est nommé adjudicateur des terres, ce qui veut dire que c’est lui qui remet le lopin de terre au pêcheur qui voudrait devenir cultivateur.

M. Charles Robin, exposa aux pêcheurs qu’il leur serait plus avantageux de n’avoir qu’un lopin de dix arpents, parce que la culture en grand les détournerait de la pêche. (Abbé Ferland, 1836 )

(…)il n’avait pas été long à comprendre que s’il remettait au pêcheur un lopin minuscule, celui-ci, même avec la meilleure volonté du monde, ne pourrait gagner sa vie uniquement des fruits de sa terre, quand on connaît les sols rocailleux de la Gaspésie. (P. 65. Gaspésie rebelle et insoumise, Sylvain Rivière, Lanctôt éditeur, 2000)

Ils se laissèrent persuader, et maintenant, ils regrettent leur folie. Ces petits terrains, ne fournissent qu’un peu de pacage (..). (Abbé Ferland)

Pour les pêcheurs, il n’y a plus d’alternatives à Robin.

Protégé de tous les côtés, Robin peut compter sur l’indifférence totale du gouvernement et bâtir tranquillement, sur les reins des pêcheurs, ce qui va devenir la plus importante compagnie de pêche en Amérique.

Les affaires de la famille Robin baignent dans l’huile; de Jersey, son frère Philip s’occupe consciencieusement de la partie européenne; Il lui trouve des clients et lui procure sans défaillance les marchandises nécessaires à ses magasins.

En 1790, Il envoie quelque 740 000 kilos de morue en Espagne et au Portugal où sa morue est devenue légendaire.

La capture et la transformation d’une morue de 25 livres en poisson séché-salé demandent un personnel nombreux. Il faut suivre rigoureusement les étapes pour obtenir la meilleure qualité.

Les pêcheurs

La façon de pêcher la morue n’a pas changé depuis le Régime français. Les pêcheurs gagnent les bancs à la voile ou à la rame dès les trois heures du matin pour en ramener les morues vers les quatre heures de l’après-midi.

Ils pêchent la morue une à une avec la ligne à main. Deux pêcheurs utilisent chacun deux lignes placées de chaque côté de la barque.

Un pêcheur peut prendre entre 350 et 400 morues par jour ce qui représente à la fin de la saison 150 et 300   quintaux ( 112 livres ou 55 kilos le quintal). Ils reviennent rapidement à terre afin que la morue puisse être tranchée et salée tout de suite, c’est-à-dire avant qu’elle n’ait eu le temps de s’échauffer et de ramollir. Sur la grève, des travailleurs que ses agents à Montmagny lui envoient chaque été, reçoivent les morues. (350 hommes en 1828 par exemple.)

On tranche le cou de la morue, on lui ouvre le ventre jusqu’au nombril. On la vide de ses viscères, en prenant soin de récupérer le foie et les œufs. Ceci étant fait, on retourne la morue sur le ventre, on lui détache la tête du corps et on enlève l’arrête dorsale à l’aide d’un couteau.Une fois éviscérée, la morue est apportée derrière l’étal où on l’étend en plusieurs couches. On saupoudre chacune d’elles de sel afin de lui faire perdre son eau, ni trop, pour ne pas la brûler, ni trop peu pour qu’elle ne se gâte pas. Deux à huit jours plus tard, on lave la morue afin de la débarrasser de ce sel, puis on l’étend sur la plage de galets pour la faire sécher au soleil. Il faut surveiller attentivement les conditions d’humidité et le vent. Après une quinzaine de jours, la morue est à point; ensuite on fait des piles en attendant de l’embarquer à bord du navire.

Grâce aux esclaves, Robin réussit à vendre ses morues bas de gamme. Pour travailler dans les plantations de cannes à sucre sous le soleil de plomb des Antilles, les esclaves ont besoin de sel et de protéines.

Or, ce n’est pas payant pour les propriétaires de faire pousser de la nourriture sur des terres idéales pour la canne à sucre. Aussi les Antilles ne produisent pas de nourriture. La morue salée est parfaite.

Le très conservateur Robin est un excellent planificateur. Prudent en affaires, il évite de prendre des risques et ne cherche pas à réaliser absolument de gros profits. Pour lui, il est plus important que ses exportations croissent lentement mais sûrement et que les acheteurs de morue en Europe se fient à la qualité de son poisson.

Une autre guerre

En 1792, premières élections au Québec; 3 000 Gaspésiens ont le droit d’élire un député. Mais le seul bureau de vote est à Gaspé. Cinq citoyens viennent voter, à main levé. Son ami Edward O’Hara est élu, le premier d’une longue série de députés de la Gaspésie totalement dévoués à la Robin qui le leur rend bien. Robin a alors des postes à Cascapédia, Bonaventure, Paspébiac, Grande-Rivière et Percé, la frontière de l’empire.En 1793 Robin fait construire un premier bateau à Paspébiac, le Fiott. Cette année-là, la guerre éclate entre la France et l’Angleterre. Elle va durer, à toutes fins pratiques, un quart de siècle.

C’est une période tumultueuse; L’empereur Napoléon interdit à l’Europe de commercer avec l’Angleterre et ses colonies puis envahit l’Espagne et le Portugal, fermant ainsi à Robin ses plus importants débouchés. Mais Robin réussit à vendre de la morue en Nouvelle-Angleterre, au Québec et dans les Antilles anglaises. En fait, il maintient ses exportations aux niveaux d’avant-guerre et exporte rarement moins de 715 000 kilos de morue par année.

La retraite

Célibataire, n’ayant aucun ami, Robin mène une existence frugale et ordonnée. La seule passion de Charles Robin est la Charles Robin Company. Il y consacre tout son temps, toute son habileté, toutes ses forces. Entre 1783 et 1802 il ne quitte qu’une fois la baie des Chaleurs; ce fut pour se rendre à pied, en plein hiver  jusqu’à Québec, 600 milles aller-retour, afin d’obtenir un avantage pour sa compagnie. On ignore l’état de sa fortune. Comme administrateur, il recevait un modeste salaire annuel de £150.

En 1802, après trente-six ans en Gaspésie, Charles retourne à Jersey. Pour assurer l’avenir de sa compagnie, il a formé ses deux neveux pendant de longues années. L’un contrôle les opérations commerciales jusqu’en 1864; l’autre, Philip Robin, représente la compagnie à la baie des Chaleurs.

Leur oncle les avait bien préparés. Philip Robin l’administre en suivant fidèlement les principes que lui a inculqués son oncle : tout pour la morue.  Rien pour le pêcheur.

Lors de sa visite à Paspébiac, en 1811, Mgr Plessis note: « Les habitants, auxquels ils (Les Robin)se sont rendus nécessaires, sont des espèces de serfs entièrement dans leur dépendance; (…)".

Quand il se retire en 1814, il laisse la place à William Fruing, entièrement formé dans le giron de la Robin. C’est pourquoi la compagnie reste tellement traditionnelle, tellement rétive à tout ce qui n’est pas la morue séchée. La Robin ne s’intéresse pas ni aux fourrures, ni aux forêts, même pas aux autres poissons de la baie comme le hareng ou le maquereau. Elle s’est spécialisée dans un seul produit, la morue séchée, et elle le fait très bien.

La longue guerre contre la France a porté le coup de grâce à ses derniers concurrents. La Robin domine désormais l’économie gaspésienne. Napoléon exilé à l’île Sainte-Hélène, la Méditerranée en paix, le commerce de la morue séchée reprend avec le Portugal et l’Espagne. La Robin pénètre ensuite le marché italien puis, en 1826, le Brésil, plus précisément le marché des esclaves. Des courtiers à Québec, Halifax, Naples, Liverpool et Londres s’occupent de placer la morue. Pour approvisionner tous ces nouveaux clients, la Robin étend sa collecte de morues.

En 1825, la Robin couvre tous les secteurs de pêche de la Baie des Chaleurs: elle a des postes à Paspébiac, Grande-Rivière et Percé; elle est présente à Bonaventure, New Carlisle, Port Daniel, Nouvelle, Newport. Depuis 1819, elle a un dépôt de marchandises à Caraquet.

La baie grouille d’activité lors de la saison de la pêche.  À l’été de 1830, selon Joseph Bouchette, c’est plus de 1 800 personnes qui pêchent dans le district de Gaspé.  Aux pêcheurs proprement dits, il faut ajouter les hommes, femmes et enfants occupés sur le rivage à la préparation, à la salaison, au séchage et à la l’expédition du poisson.  La population totale est alors d’environ 7 500 habitants.

Pendant que les Gaspésiens pêchent, les hommes de Robin s’occupent du travail à terre. À Paspébiac seulement, la Robin possède dix magasins, une étable etc., à Percé, une trentaine de bâtisses. La Robin est alors la plus grande entreprise exportatrice de poisson de l’Est canadien.

Le succès de la Robin repose sur ses contacts internationaux, une organisation rodée et une exploitation tout aussi rodée des pêcheurs.  La Robin réussit même en 1829 à raffiner encore plus l’exploitation des pêcheurs.

Endettés jusqu’au cou, les pêcheurs ne peuvent même plus vendre leurs morues qu’au plus offrant. Une loi de 1829 dite du « dernier équipeur », raffine l’exploitation en obligeant le pêcheur à vendre ses morues à la compagnie qui lui a fourni les équipements de pêche, donc la Robin. Malheur au pêcheur qui veut vendre ses morues ailleurs.

"‘You load sixteen tons, what do you get
Another day older and deeper in debt
Saint Peter don’t you call me ’cause I can’t go
I owe my soul to the company store.’ "

(Sixteen Tons, mining song by Merle Travis)

L’abbé Ferland écrit en 1836: « Les habitants de Paspébiac dépendent complètement de la maison Robin (…) Quand ils veulent secouer leurs chaînes et porter ailleurs leur poisson, on les menace de les traduire pour dettes devant les tribunaux qu’ils redoutent. Force leur est de se remettre sous le joug, et d’expier par une longue pénitence leur tentative d’émancipation. »

Ce modèle parfait pour exploiter les pêcheurs est imité par tous ses rivaux, surtout ses grands commis qui finissent au XIX siècle par se lancer à leur compte comme David Le Boutillier ou John Le Boutillier.

En colère, l’abbé Nérée Gingras écrit au milieu du XIX siècle que « si le gouvernement eût compris plus tôt quelle source de richesse il possédait dans le Golfe, il n’aurait pas abandonné les pauvres pêcheurs à la merci d’étrangers qui les exploitent »

Les Robin peuvent faire ce qu’ils veulent parce que la Gaspésie est complètement isolée du reste du Québec et que la Robin, même si elle est aussi importante que la Baie d’Hudson est inconnue des Canadiens.

L’isolement

Aucune route entre la Baie-des-Chaleurs et le reste de la province. La Gaspésie n’est reliée à l’extérieur que par un courrier spécial qui parcourt à pied une ou deux fois par hiver, toute la distance. La crainte d’une attaque américaine a bien poussé le gouvernement à relier Québec à Halifax via la vallée de la Matapédia par le chemin Kempt, ouvert finalement en 1832. Mais c’est un sentier.

Vers 1850, les 20 000 Gaspésiens,  Acadiens, Loyalistes qui ont fui les États-Unis, Micmacs, Canadiens-français, sont concentrés dans la Baie-des-Chaleurs, l’intérieur et le côté nord de la péninsule restent quasiment inhabités.

"Qu’on se rappelle que, il y a quelques années seulement, la péninsule de Gaspé, dans notre propre pays, était plus éloignée de nous que ne l’est l’Europe; que de petites goelettes seules s’y rendaient et en revenaient " (Buies, Arthur, chroniques canadiennes, 1873. Leméac, 1978, p. 247)

Les villages sont isolés les uns des autres. Francophones, anglophones ou Micmacs,  les Gaspésiens font leurs affaires chacun dans son coin.

Ils sont tous tournés vers la mer, le bateau étant la seule voie de communication avec l’extérieur. Et la plupart des bateaux traversent l’Atlantique avec les morues. Parmi les marins, beaucoup de Gaspésiens qui se sont engagés pour payer leurs dettes à la compagnie. “Il est toujours endetté au bourgeois, toujours à sa disposition, exposé à être mis à bord de quelqu’un des bâtiments de la compagnie et à faire le voyage d’Europe en qualité de matelot, lorsque ses dettes sont rendues au point de ne pouvoir être acquittées par la pêche. »  (Mgr Plessis)

Aussi n’est-il pas rare d’en trouver qui ont été à Jersey, au Portugal, en Espagne, en Italie et n’ont jamais mis les pieds à Rimouski ou Québec.

Chaque année environ 40 à 50 navires venus d’Europe entrent dans la baie de Gaspé. Les marins y trouvent un consulat italien, américain, brésilien, portugais, norvégien. Les Gaspésiens sont beaucoup plus touchés par ce qui se passe en Europe que par les décisions du gouvernement à Québec. Celui-ci sait peu ce qui se passe en Gaspésie et s’en préoccupe encore moins.

En 1864, l’industrie de la morue en Gaspésie, alors à son apogée, emploie près de 4 000 pêcheurs et mobilise une centaine de navires montés.  La Robin domine toujours la baie des Chaleurs laissant à sa principale rivale, la Boutillier Brothers, la côte nord de la Gaspésie, de Gaspé à Sainte-Anne-des-Monts. La Robin opère aussi une quinzaine de postes de pêche, du Cap-Breton à la Côte Nord. Sa rivale a des comptoirs au Labrador et aux Îles-de-la-Madeleine.

Dans les années 1860, plus d’une trentaine de commerçants indépendants essaient de se tailler une place, mais ils n’ont pas l’expérience de la Robin ou de la Boutillier Brothers et, au fil des ans, ils disparaissent ou sont absorbés.

Robin peut donc fixer le prix de la morue avec les deux ou trois compagnies qui contrôlent la pêche.

La Robin exporte en 1865,  2.9 million de kilos de morue séchée ( 1.4 million kilos en 1828)

À titre de comparaison, Terre-Neuve en 1845 exporte 52 millions de kilos.

Deux fois par année, les navires de la Robin lèvent l’ancre vers les ports de l’Europe et de l’Amérique du Sud. Ils en rapportent du sel pour la préparation du poisson, du rhum, de la mélasse, des fruits, du sucre etc. Quelque cinq cents hommes répartissent le tout dans les magasins et les entrepôts de la compagnie.

La capitale de la morue

Tous les commis, sans exception, viennent de Jersy et, ce qui est pratique en affaires, parlent tous la langue de l’île, incompréhensible aussi bien à leurs clients francophones qu’anglophones. Avec l’appui de la Robin et de la compagnie Le Boutillier, les quelque centaines de Jersiais, qui savent tous lire et écrire dans un milieu analphabète, contrôlent à peu près tout en Gaspésie; des mairies à l’économie en passant par la douane. La Gaspésie est une véritable colonie de l’île de Jersey. Sa capitale est Paspébiac, la plaque tournante de la pêche au Canada.

Paspébiac 1866

Passager sur le vapeur "Secret" qui y fait escale en 1872, Arthur Buies écrit: "Ce qu’il faut remarquer avant tout à Paspébiac, c’est l’immense établissement de la maison Robin qui constitue à lui seul une petite cité. La maison Robin emploie environ six cents hommes à la seule préparation de la morue; ces six cents hommes demeurent tous dans l’enceinte de l’établissement qui est divisé par rues et par quartiers, et qui contient des boutiques de menuisier, de charpentier, de tonnelier, de forgeron, de mécanicien….tout ce qui est nécessaire à une exploitation considérable. Il y a là jusqu’à des petits docks et des chantiers pour la construction des navires; l’entrepôt general s’élève sur pilotis dans la mer même, et en arrière s’échelonnent les diverses rues qui fractionnent l’établissement." (Buies, Arthur, chroniques canadiennes, Leméac, 1978, p. 260)

Quelques années plus tard, en 1885, le journal L’Écho du golfe écrit: "C’est une véritable ville (…). Vous y rencontrerez des constructeurs de navires, des forgerons, des menuisiers, des cordonniers, une foule de tailleurs…(..) . L’on y vend de tout, depuis la fine champagne jusqu’au whisky en esprit, depuis le fil à saumon au câble à tenir solide un vaisseau de 5000 tonneaux, depuis le coton jaune à la soie brodée (….)" (Fallu. P.350)

C’est de là que les ordres des Robin sont acheminés aux commis qui font le ramassage de la morue et l’acheminent à Paspébiac.

Des navires de tous gabarits, des goélettes, des barques, des bricks, des brigantins sortent des chantiers navals de la Robin.

En 1866, cent ans après la première visite de Charles Robin en Gaspésie, le chantier de Paspébiac lance le Century, un modeste brigantin de 150 tonneaux. Autre signe que la myopie commerciale de la Robin s’aggrave.

La force de l’inertie

Alors que tous les navires de la Robin sont à voile, en bois, ses concurrents américains envoient leur morue séchée par chemin de fer à Halifax, Boston, New York. De là, elle traverse l’Atlantique sur des bateaux à vapeur.

Un an après le lancement du Century, les provinces du Canada se sont unies dans une confédération. La nouvelle province de Québec s’intéresse un peu à la Gaspésie, d’autant plus que les missionnaires ont fait place à des curés résidents un peu partout. Le mur de l’isolement s’effrite: nouvelle route dans la vallée de la Matapédia et chemin de fer de l’Intercolonial Railway qui met en 1876, la Baie des Chaleurs à une journée de Montréal. De la Baie, une autre  voie ferrée progresse laborieusement vers Gaspé et atteindra New Carlisle à la fin du siècle.

La Robin refuse de voir l’évidence. Elle continue à opérer avec les mêmes vieilles méthodes éprouvées. En apparence, aucune raison de s’inquiéter.

En 1881, par exemple, la compagnie envoie neuf navires remplis de morue séché au Brésil, quatre aux Barbades, trois en Italie, deux au Portugal, un à Cuba, un autre en République dominicaine. Elle possède alors quatorze voiliers pour le commerce et le cabotage et dispose de 300 embarcations de pêche; elle contribue à faire vivre 2000 personnes, comparé à 1200 personnes pour la LeBoutillier.

La crise de 1886

Un magasin Robin Jones Whitman en 1915

La Jersey Bank de Londres finance les compagnies Robin et Le Boutillier. Gosset, un de ses cadres, joueur invétéré, pige allègrement dans les fonds. Le 11 janvier 1886, la banque fait faillite entraînant dans sa chute la Robin et sa rivale Le Boutillier. Le 12, les deux compagnies ordonnent à leurs magasins, en plein hiver, de ne plus rien vendre à crédit. Du jour au lendemain, 3200 Gaspésiens ne peuvent plus acheter de la nourriture.  A Paspébiac, une centaine de familles n’ont plus que de la farine à manger!Le 16février, affamés, les pêcheurs pillent les deux magasins.

Le curé Cyprien Larrivée, indigné, rapporte que même le bedeau, trois chantres, et un marguillier ont participé au vol! Le mois suivant, les pêcheurs menacent de retourner piller les magasins.

À Québec, les députés se réveillent enfin et réalisent que la morue qui fait vivre la Gaspésie est aux mains de quelques compagnies étrangères. Des députés parlent même "d’esclavage blanc". Pendant que le parlement se scandalise, les membres du clergé, plus pratiques, orchestrent à travers la province une levée de fonds en faveur des pêcheurs.

La faillite de la banque force les compagnies de pêche anglo-normandes à se réorganiser, à fusionner ou même à disparaître comme La Charles LeBoutillier.

La Robin, après plusieurs réorganisations, fusionne en 1904 avec deux compagnies de la Nouvelle-Écosse et transfère son siège social de Jersey à Halifax. La Robin est désormais une compagnie canadienne.

La nouvelle Robin exploite alors une trentaine de postes de pêche en Gaspésie et sur la Côte-Nord. Depuis le début du siècle, elle possédait à Paspébiac, selon Alfred Pellan, le "plus Beau et (..) plus important magazín à rayons du district de Québec, en dehors de la ville de ce nom". À partir de 1912, la Robin se lance dans le commerce au détail et jalonne de magasins généraux la côte gaspésienne de Paspébiac à Rivière-au-Renard. Mais en ce qui concerne la pêche, rien n’est changé.

Un magasin général Robin, Jones and Whitman general store (circa 1928)

Une compagnie fossilisée 

La Robin fonctionne encore avec un grand réservoir de pêcheurs exploités, qui sortent les morues comme à l’époque de Cartier, s’agrippe à des marchés traditionnels à qui elle vend un seul produit: la morue séchée.

Les lignes de fonds, les leurres et les filets largement utilisés par les pêcheurs de Norvège et ceux de la Nouvelle-Écosse, la Robin n’en a rien à cirer. Ceux de Gaspésie sortent encore la morue à la ligne à main, une à une.

Pour pouvoir pêcher en haute mer, les Norvégiens ont adopté un grand bateau avec un pont, modèle aussitôt copié par les Français, les Anglais, les Américains et les pêcheurs de la Nouvelle-Écosse, mais pas ceux de la Gaspésie. Là, on pêche toujours dans les mêmes bateaux sans s’éloigner de la côte et doivent revenir à terre le soir. Sur terre, le poisson est vidé, lavé, salé, séché, comme au temps des premiers explorateurs. Depuis le début du siècle les embarcations à moteurs ont commencé à remplacer la voile et la rame. Pas en Gaspésie! Il n’y en a que cinq en 1911. La Robin n’est pas intéressée et les pêcheurs gaspésiens, pauvres et souvent endettés, n’ont pas les moyens de les acheter.

Si un pêcheur de l’époque de Cartier était retourné au large de Gaspé, tout lui aurait semblé familier.

La crise venue du froid

Le marché mondial de la pêche change radicalement. La morue bas de gamme ne se vend plus au Brésil et dans le sud depuis l’abolition de l’esclavage.

Mais il y a plus inquiétant.

Il n’y a toujours eu que deux façons de conserver une morue: la saler ou la faire sécher. Depuis 1876 Il y en a une troisième; Charles Tellier a réussi à amener d’Argentine en France sur le bien nommé le Frigorifique, des milliers de carcasses de mouton congelées. Du mouton aux poissons il n’y qu’un pas. Rapidement, les trains ajoutent des wagons frigorifiques et la demande de poisson congelé explose.

Le Frigorifique, 1876

Ainsi, autour de 1900, les pêcheurs du Pacifique envoient dans les marchés de l’est saumon et flétan qui concurrencent la morue de la Gaspésie.

Les Robin, LeBoutillier, Fruing et autres ne veulent tout simplement pas admettre que les goûts de leurs clients ont changé. Ils continuent d’offrir uniquement de la morue séchée dont la valeur chute de 6$ à 3$ le quintal ( 55 kilos )entre 1900 et 1913, ce qui conduit à des crises et même, en 1909, une révolte à Rivière-au-Renard.

La «Révolte de Rivière-au-Renard»

En 1911, les premiers chalutiers à vapeur apparaissent sur les Grands Bancs de Terre-Neuve. Ils peuvent désormais atteindre des stocks de poissons jusque-là inaccessibles et remonter les filets avec des treuils mécaniques actionnés par des diesels. la John LeBoutillier et William Fruing disparaissent en 1917, La Boutillier Brothers en 1923. Les pêcheurs de la Robin sortent toujours les morues une à une.

La Robin ne voit pas plus loin que le bout de son filet. Sa seule idée est de s’entendre avec ses dix-huit concurrents pour fixer le prix d’achat de la morue. Un nouveau joueur va tout bousculer.

L’Église

Mgr François-Xavier Ross

Les marchands de Jersey, la Robin en tête, étaient parfaitement conscients du pouvoir de l’Église catholique au Québec et même s’ils étaient tous protestants, le respectaient. Aussi, ils entretenaient des relations cordiales avec le clergé, donnant généreusement pour la construction des églises et les différentes causes des curés. Ceci étant fait, la Robin n’engageait pas de catholiques sauf comme pêcheurs.

Avec le tournant du siècle, l’Église commence à irriter sérieusement la Robin et les autres compagnies jersiaises. Pratiquement tout ce qu’elle fait mine leur pouvoir.

Les campagnes de tempérance des prêtres nuisent à ses ventes d’alcool, la préférence marquée de l’Église pour l’agriculture, qui se pratique durant la même saison que celle de la pêche permet aux pêcheurs de se libérer, un peu, de son contrôle. En plus, l’Église favorise l’éducation. Or, la position de la compagnie n’a pas changé depuis que le grand directeur Philip écrivait en 1836 à ses commis : « Schools are ruled out. They have no need of education »  « If they were educated would they be any cleverer as fishermen? »

L’attaque frontale

En 1923, le nouvel évêque de Gaspé, Mgr François-Xavier Ross, décide, le premier, de s’attaquer de front à la Robin. Pour libérer les pêcheurs, il ne voit qu’une solution, une seule, les coopératives.

«Une grande partie de la Péninsule tire encore ses principales ressources des produits de la mer […] Nous comptons aussi que vous saurez comprendre vos intérêts et utiliser ce mouvement capable […] de vous émanciper des tutelles qui ont jusqu’ici entravé l’essor de vos activités et empêché l’acquisition de votre indépendance économique». (Mgr F.-X Ross, mai 1923).

Aussitôt nommé, Mgr Ross rencontre le ministre des Pêcheries pour mousser les coopératives. Ce dernier prend immédiatement entente avec la Coopérative Fédérée du Québec pour qu’elle achète la morue des futures coops. Mais où la vendre? En Italie où le clergé québécois a de nombreux contacts  et trouve des acheteurs. Il faut maintenant créer des coopératives de pêcheurs.

Les deux premières voient le jour dès le 19 août 1923 à Cap-des-Rosiers et à Saint-Maurice-de-l’Échouerie. Trois ans plus tard, une douzaine de coops regroupant le tiers des pêcheurs de la Gaspésie, achètent la morue, la préparent, la classent et la vendent.

Le mouvement semble bien lancé, mais il dérape rapidement. Des coops vendent leur poisson à la Robin plutôt qu’à la Fédérée. D’autres sont tellement pauvres qu’elles ne peuvent même pas donner un acompte au pêcheur qui leur apporte sa morue; certains abandonnent la coop. Pire encore, la morue est préparée et classée n’importe comment. Les Italiens, écoeurés, arrêtent d’acheter. Les coops tombent les unes après les autres. En 1932, l’échec est évident: de la douzaine de coopératives du début il ne reste finalement plus que celle de Carleton.

Pendant deux ans, Mgr Ross analyse patiemment les erreurs des coopératives et conclue à un manque sérieux d’encadrement. En 1934, il relance le mouvement. Cette fois, l’Église met toutes ses forces dans la balance et y consacre le temps nécessaire.

Pendant cinq ans, inlassablement, agronomes, institutrices, fonctionnaires et tous les prêtres du diocèse de Gaspé étudient et enseignent le mouvement coopératif, se répandent dans toute la Gaspésie et persuadent les pêcheurs un à un.

En avril 1939, les coopératives de pêcheurs à Carleton, à Rivière-au-Renard et à l’Anse-aux-Gascons repartent le mouvement. Ils y travaillent pendant toute la guerre. Six ans plus tard, la nouvelle fédération provinciale des Pêcheurs-Unis compte 35 coops dont une vingtaine en Gaspésie ; la moitié des pêcheurs en font partie. Pour la première fois depuis près de deux siècles, les pêcheurs sont désormais capables d’affronter la Robin. Mais il faut attendre la fin de la guerre qui éclate en septembre 1939.

Après la Deuxième Guerre mondiale, les pêcheurs s’équipent sérieusement. Ils disposent de palangriers, pourvus d’un sonar et de chalutiers qui prennent, avec leurs filets géants, 1300 kilos de poisson d’un coup.  La Robin ouvre une usine pour transformer le poisson à Paspébiac ; la coop des Pêcheurs-Unis rétorque avec des usines à Rivière-au-Renard, à Gaspé et à Newport.

Pendant les années 50, la Robin maintient dix-huit postes de pêche dans trois provinces et prépare encore la morue dans une dizaine de villages en Gaspésie. Mais elle ne vend plus rien en Europe et la concurrence de la Coop l’affecte.

En 1958, la Robin a du plomb dans l’aile; plus que que quatre postes de pêche: Paspébiac, l’Anse-à-Beaufils, Newport et Barachois. Elle ferme ce dernier un an plus tard.  La Robin concentre alors l’essentiel de ses efforts sur ses magasins. Mais les Gaspésiens reçoivent maintenant les catalogues des grands magasins de Montréal et de Toronto; meilleurs choix, meilleurs prix. La Robin dégringole un peu plus. Les yeux rivés sur les trois derniers postes de pêche de la Robin, les pêcheurs ne voient pas le danger, mortel, venu de Terre-Neuve.

Le temps des chalutiers-usines 

En mars 1954, un navire à l’allure étrange arborant le drapeau britannique arrive sur les Grands Bancs de Terre-Neuve. Il est énorme, un véritable paquebot : 280 pieds de long, quatre fois plus grand que le plus grand chalutier.

Le Fairtry est le premier chalutier-usine; avec ses propres congélateurs à bord, le Fairtry  peut pêcher 24 heures par jour, 7 jours par semaine, pendant des semaines et avec succès. Il possède le fin du fin de la technologie développée pendant la guerre et adaptée à la pêche: radar, sonar, échogrammes lui permettent de localiser les bancs de morues et de les capturer avec une efficacité toute industrielle. L’océan appartient alors à tout le monde, les eaux territoriales sont à 12 milles des côtes.

La cure

Après 450 ans de voiles, de doris, de palangres et de sueur, diésels et chaluts géants envahissent les bancs de pêche.

Durant les années 60, une quinzaine de pays étrangers, l’URSS en tête, envoient des navires-usines de plus en plus gros. Ils finissent par atteindre 8,000 tonnes, équipés de moteurs diésel de six mille chevaux,  tirant des filets avec des ouvertures de 3,500 pieds de circonférence assez larges pour avaler un jumbo-jet. Ils utilisent des « chaînes sonnantes » qui remuent le sol, en faisant du bruit et de la poussière ce qui fait sortir les poissons de leur cachette et les envoient directement dans le filet. En moins d’une heure, ils peuvent extraire 100 000 morues et d’autres poissons, deux fois plus qu’un bateau du 16 ième siècle pendant toute une saison. Après le passage du navire-usine, le plancher de l’océan est un désert, une véritable coupe à blanc maritime.

Mais la morue est inépuisable….comme l’illustre la jaquette d’un livre écrit en 1954 par Hawthorne Daniel et Francis Minot « La mer inépuisable :« l’histoire excitante de la mer et de ses ressources infinies »

Pendant toutes les années 60, c’est le Klondike de la morue. On décharge en moyenne chaque année dans les ports de pêche de l’Atlantique Nord (750 millions de morues, dix fois plus que durant les années 40) ( 320 millons à Terre-Neuve). En 1968 on sort un milliard de morues. Quelques-uns, de rares lucides, s’inquiètent.

En 1970, le ministre des pêches essaie d’expliquer au cabinet Trudeau qu’il faut réduire radicalement le nombre de pêcheurs de l’Atlantique et les recycler au plus tôt. Le cabinet a les ouïes bouchées.  Le ministre n’en reparlera plus.

Puis, durant les années 70, la taille des morues et le rendement de la pêche commencent à diminuer de façon inquiétante.

Les pêcheurs ramènent de moins en moins de morues et elles sont de plus en plus petites. Les pêcheurs de Gaspésie et de Terre-Neuve sont ulcérés et accusent les bateaux étrangers.

En 1977, le Canada, imitant l’Islande, repousse ses frontières maritimes qui passent de 12 à 200 milles de ses côtes.

C’est l’euphorie à Terre-Neuve. La zone de 200 milles inclut la majorité des grands bancs dont on expulse les chalutiers-usines étrangers. Les bancs sont enfin pêchés pour le bénéfice des Canadiens, mais pas des Gaspésiens qui ne possèdent aucun navire équipé pour la haute mer..

Pendant quelques années, les prises des chalutiers canadiens augmentent effectivement.

Les prises remontent à 115 millions de morues 1983. Une misère en comparaison des 320 millions de morues pêchées annuellement de 1961 à 1970. Malgré cela, le bulletin de santé du stock est jugé satisfaisant.

Le grand délire

Une commission, dirigée par le sénateur MichaelKirby a été chargée d’estimer l’avenir de la pêche canadienne dans l’Atlantique. Son rapport, remis en 1983, dégouline d’optimisme : lors des cinq années suivantes, les prises de poissons de fonds canadiens ( grosso modo la morue) augmenteront de cinquante pour cent. D’où angoisse à Ottawa : le Canada n’a pas la flotte capable de pêcher tout ce poisson. Solution : avec une inconscience qui force l’admiration, le Canada construit à coups de subventions, sa propre flotte de chalutiers géants et modernes. On pourra pêcher les morues.

Ce qui amène automatiquement un autre problème :  comment transformer et vendre toutes ces morues virtuelles? Solution: Il faut des usines modernes. Un blizzard de subventions s’abat compagnies canadiennes de produits de la mer justement proches de la banqueroute en raison d’une mauvaise gestion. Le résultat : les compagnies de Terre-Neuve fusionnent dans un conglomérat, Fishery Products International et celles de la Nouvelle-Écosse deviennent le National Sea Products. Les deux compagnies, gonflées aux stéroïdes gouvernementaux, deviennent énormes et prospères.

Pendant ce temps la coopérative Pêcheurs-Unis, qui regroupe 50 % des pêcheurs québécois, fait faillite en 1984. Conjoncture difficile, décisions stratégiques discutables, indifférence des pêcheurs, manque d’argent, endettement.

Dans l’Atlantique, c’est le bonheur, les pêcheurs prennent de plus en plus de morues. En vérité, les prises croissent non pas parce qu’il y a abondance de morue, mais parce que les nouveaux chalutiers canadiens, équipés de radars puis de sonars,  localisent les derniers stocks de morues qui avaient échappé jusque-là à la détection et qui servaient de capital de réserve ultime aux espèces.

….

« Des sonars complexes lui indiquent la position, l’étendue et la concentration des bancs de poissons. Si un de ces bancs promet une récolte intéressante, le chalut est mis à l’eau. La profondeur et l’ouverture du chalut sont contrôlées de façon que pratiquement aucun poisson n’échappe aux mailles. En moins d’une heure, plusieurs dizaines de tonnes de poissons sont ramenées à bord. Merveille d’ingénierie. Pratique socio-économique discutable. Blasphème écologique. » (Louis Fortier , Des morues et des hommes: enquête sur un désastre, Interface, Vol. 15, no 3, mai-juin 1994, p. 22-39.)

 

Les chalutiers raclent en tous sens les fonds marins, et les vident.

On sort chaque année 212 millions de morues au large de Terre-Neuve. Les pêcheurs de la côte sont les premiers à s’apercevoir que quelque chose cloche. Leurs prises sont plus petites et moins nombreuses. Les premiers, ils font le lien avec la pêche à outrance sur les bancs.

Pour eux, c’est simple, les morues ne se rendent plus à Terre-Neuve, encore moins en Gaspésie.

Tous les autres préfèrent d’autres explications; on accuse Brigitte Bardot et les phoques, les caprices de la morue qui se cache, le réchauffement global, le trou dans la couche d’ozone,  l’augmentation des UV  et la météo.

En fait, l’extension des eaux territoriales n’a fait que retarder l’ineluctable. En 1987, les pêcheurs canadiens n’arrivent même plus à pêcher leurs quotas, fixés à 190 millions de morues. En 1989 les quotas sont réduits à à 133 millions de morues puis à 90 millions en 1991. Trop tard, les stocks de morue sont en chute libre partout, de Terre-Neuve à la Nouvelle-Écosse en passant par le golfe du Saint-Laurent.

En 1992, les politiciens n’ont plus le choix; ils imposent un moratoire sur la pêche à la morue affirmant qu’il va permettre aux poissons de récupérer. Mais il est déjà trop tard.

Plus de 35.000 emplois perdus, dont 25.000 à Terre-Neuve. 6 000 au Québec. C’est fini! L’épine dorsale de l’économie de toute la région est cassée.

À la fin de la décennie, au cas où,  le fédéral permet un peu de pêche au nord du Golfe. Les pêcheurs de la Gaspésie ramassent près de deux millions en 2001 et un million et demi en 2002. Que des poissons anémiques d’un demi-mètre, de deux ou trois kilos… Un désastre. Les morues ont tout simplement disparu.

Le 24 avril 2003, 10 ans après le moratoire, le ministre fédéral des Pêches et Océans, Robert Thibault renouvelle l’interdiction complète de la pêche à la morue pour une période indéterminée.

Quelques années après le cinq centième anniversaire du rapport de Cabot qui annonçait aux Européens la découverte d’eaux «grouillantes de poissons» , c’était terminé, on avait tout ramassé. Aujourd’hui en Gaspésie les derniers magasins de Robin ont disparu et leurs remplaçants vendent encore de la morue. On l’importe, c’est un produit de luxe.

…………………………………………………………………………………………………………………….

Pour en savoir plus

Sites

La pêche morutière à Terre-Neuve au XVIIIe siècle

A travers des gravures d’époque, des cartes et une étude d’historiens, le site montre ce que fût la pêche morutière vers Terre-Neuve au XVIIIe siècle.

Livres

Harris, Michael. Lament for an ocean: the collapse of the Atlantic cod fishery: a true crime story

Marc Kurlansky. La Fabuleuse Histoire de la morue, par, JC Lattes, 327 pages.

Larocque, Paul. 1978. Pêche et coopération au Québec, Montréal, Éditions du Jour, 380 p.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 1  003 followers

%d bloggers like this: