La dette: pas si pire!

Richard Martineau 

Le Journal de Montréal

Hier, dans ma chronique, je vous parlais de la dette québécoise qui — à l’heure où j’écris ces lignes — est de 267 milliards 869 millions.

Cette chronique m’a valu un courriel de l’ex-ministre péquiste Richard Le Hir, que je vous cite in extenso.

« L’endettement du Québec, comme celui de tous les gouvernements, doit s’apprécier de façon relative.

« Notre situation n’est pas bonne, mais elle est moins mauvaise que celle de l’Ontario. Si vous avez à coeur d’informer correctement le public, vous devriez le mentionner. »

Maudit, que je suis écoeuré de ce discours qui consiste à dire qu’on n’est pas si mal quand on se compare !

C’est comme si je disais : « J’ai le cancer du colon mais ça pourrait être pire, je pourrais avoir le cancer du cerveau comme mon voisin ! »

Vous savez quoi, monsieur Le Hir ? Je pourrais aussi ne pas avoir de cancer !

 

 

 

Réduire la dette du Québec, une promesse réaliste? Radio-Canada n’a oublié qu’un détail: quel est le montant de la dette?

Ici.Radio-Canada.ca

le montant de la dette brute, lui, continuerait d’augmenter d’environ 14,5 milliards de dollars jusqu’en 2019.

la dette du Québec a grimpé en moyenne de 6 milliards de dollars par année, et non de de 10 milliards de dollars.

 « Nous prévoyons verser une somme cumulative de 10 milliards de dollars à l’encontre de la dette dans le prochain mandat. Au bout de quatre ans, notre objectif est que la dette passe sous la barre des 50 % du PIB en 2018-2019 », a déclaré Pauline Marois.

Votre hypothèque provinciale: 30 888$

Michel Girard, La Presse

« Les intérêts de quelque 10 milliards que le gouvernement du Québec devra payer cette année pour financer sa lourde dette constituent «la face cachée» du budget que vient de déposer le ministre des Finances, Raymond Bachand. À la fin de chaque journée, dites-vous que la dette vient de nous coûter 28,5 millions en frais d’intérêt. »

« Le service de la dette consolidée représente le troisième poste budgétaire du budget Bachand, après la santé et les services sociaux (30 milliards) et l’éducation (16 milliards). »

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

Joignez-vous à 1 165 autres abonnés