Le Printemps indien

Partout en Amérique, de La Tierra del Fuego à l’Alaska, les millions d’Indiens vivent encore sous la tutelle des Blancs.

Cinq siècles de présence blanche, les guerres, les épidémies ont laissé des cicatrices profondes : des tribus ont disparu. D’autres ont été dispersées aux quatre coins de l’Amérique, toutes ont changé. Mais les Blancs ne sont pas venus à bout de la résistance des premiers Américains. Les Indiens sont encore là. Présentée d’abord comme une bénédiction, puis comme un devoir et enfin comme un droit, l’assimilation aux Blancs est, encore aujourd’hui, rejetée par l’immense majorité des Indiens d’Amérique. Ils paient le prix fort pour ce refus : mépris, racisme, exploitation généralisée, le niveau de vie le plus bas de tous, partout en Amérique. À tous les vingt ans, on annonce leur fusion inévitable dans le monde merveilleux des Blancs. Chaque fois, il faut constater que c’est un échec; qu’on n’a réussi, au mieux, qu’à créer des ghettos indiens dans les villes blanches. Aujourd’hui, on n’ose d’ailleurs plus parler d’assimilation.

L’hiver blanc a été long, plusieurs siècles; mais déjà le continent américain bouge, la renaissance s’amorce, le printemps indien est arrivé.

Lire la suite

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

Joignez-vous à 1 105 autres abonnés