Sur le site du professeur masqué

Parlons de prénoms d’élèves
.
Depuis une semaine, je commence à mémoriser les noms de mes élèves. Avec le temps, mon école accueille de plus en plus de jeunes de communautés dont les origines sont davantage à l’extérieur du Québec, si je puis dire. Cela me vaut des prénoms et des patronymes difficiles à retenir. Au Scrabble, certains d’entre eux seraient très payants. Mais comme ce jeu n’accepte pas les noms propres…
.
Là où, par contre, j’ai une réaction, c’est à propos de certains prénoms de jeunes dont la famille vit au Québec depuis des générations. Ou bien certains parents sont dyslexiques, ou celui qui a écrit leur nom dans le registre civil était saoul, ou la drogue fait des ravages, ou la course à l’originalité ne cesse de gagner du terrain.
.
J’ai quelques élèves prénommées Gabrielle. Enfin, c’est aussi Gabryelle ou Gabrièle. J’ai aussi un Jakob, un Nicola, une Élodye, une Sara sans «h». Mais la palme dans mes classes revient à… Félip.
.
Certains collègues me signalent avoir dans leur classe ou leur entourage les prénoms suivants: Cassadryne, Kamay-Lia, Mayghane, Max-Hyne, Ma-Ryèv, Jannique, Kay-Ven…
.
D’où mon commentaire: chers parents, quand vous donnez un prénom à votre enfant, voulez-vous ne pas le handicaper! Il va passer sa vie à l’épeler aux autres.

 

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

Joignez-vous à 1 098 autres abonnés

%d blogueurs aiment ce contenu :