Boomerang

Michael Lewis
Editions Sonatines
.
Un résumé de France TV
.
Ancien Investisseur pour Salomon Brother, Michael Lewis se promène dans le monde de la finance internationale, armé de son stylo, d’un peu de recul, de son humour et d’une certaine tendresse pour ses interlocuteurs. Il nous raconte la vieille Europe et le maquis de ses dettes.
.
(…)
.
Il y avait beaucoup d’argent à gagner car « des prêts douteux  émis par des financiers grassement payés du secteur privé étaient avalés par les trésoreries nationales et les banques centrales ». Et, « depuis 2002, ce qui passait pour une croissance économique était en fait activité alimenté par des prêts que les gens n’auraient pas les moyens de rembourser »…. « L’Irlande avait ainsi des dettes équivalentes à plus de 25 fois sa recette fiscale annuelle, l’Espagne et la France dix fois ».
.
La vieille Europe vit donc au dessus de ses moyens. Premier à s’écrouler, l’Islande. Un pays que les spécialistes du FMI doivent chercher sur une mappemonde avant d’y aller. L’Islande qui a connu « l’expansion du système bancaire le plus rapide de l’histoire de l’humanité ».  Mais pour Michael Lewis les Islandais ne sont que des pêcheurs devenus banquiers. Avec un principe simple : « Regardons ce que fait Wall Street et faisons pareil ». Aujourd’hui, après l’écroulement de leurs banques, les iIslandais gardent leurs économies chez eux.
.
La deuxième étape passe par Athènes. Les Grecs, s’ils ont inventé les maths, sont incapables de les appliquer à leurs finances publiques. Le sport national : tricher avec le Fisc. Les Grecs, selon Micheal Lewis, veulent bien se reformer, réduire le nombre de leurs fonctionnaires, mais « encore faudrait-il savoir combien il y en a » !
.
Quant au poumon financier de l’Europe, l’Allemagne, sa philosophie, depuis la nuit des temps est « le désordre c’est mieux chez les autres ». D’où son attitude pendant la crise. Et quand Lewis parle des Etats-Unis c’est pour expliquer que, quand on a touché le fonds (comme ces villes californiennes qui ont fait faillite), on ne peut se transformer et s’adapter.
.
Entrevue de Michael Lewis (8.49)
.
What caused the economic troubles in Iceland, Greece, Ireland, Germany and elsewhere? Author Michael Lewis has some controversial theories involving sweeping character assessments of each nation. Lewis — known for \ »Money Ball\ » and \ »The Blind Side\ » — discusses his new book, \ »Boomerang,\ » with economics correspondent Paul Solman.
.

.
Critiques
.
Books of The Times
Touring the Ruins of the Old Economy
.
« Michael Lewis possesses the rare storyteller’s ability to make virtually any subject both lucid and compelling. In his new book, “Boomerang,” he actually makes topics like European sovereign debt, the International Monetary Fund and the European Central Bank not only comprehensible but also fascinating — even, or especially, to readers who rarely open the business pages or watch CNBC. »
.
Forbes
.
Globe and Mail

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

Joignez-vous à 1 074 autres abonnés

%d blogueurs aiment ce contenu :