Witsec : Inside the Federal Witness Protection Program

Pete Earley et Gerald Shur
.
(Bibliothèque de Ville Mont-Royal)
.
Les parrains ne commettent jamais de crimes eux-mêmes. Ils donnent, à mots couverts, un ordre au capitaine qui en glisse un mot tout aussi couvert à un soldat de son équipe. Si on arrête le soldat, il ne dit rien.
.
Le code du silence, l’Omerta, fait partie de l’ADN de la Mafia. Briser ce code et c’est la mort automatique précédée par une variété de tortures laissée à la discrétion de l’exécuteur. Ce code a longtemps été d’autant plus efficace que le délateur ne pourvait compter sur la justice pour le protéger.
.
Elle n’y avait jamais pensé.
.
Aussi, lorsque les agents se sont retrouvé avec  Paddy Calabrese, l’un des premiers délateurs de la mafia, ils se sont demandé que faire avec lui et sa famille. Les agents ont passé le chapeau…
.
Ce n’est plus le cas; Gerald Shur, l’un des auteurs du livre a mis sur pied en 1970, un programme efficace, le Federal Witness Security Program. Depuis, les criminels qui témoignent contre leurs complices sont certains de survivre, s’ils restent dans le programme…
Le gouvernement assure aux délateurs -et à leurs proches, épouses, enfants-, nouvelles identités, relocalisation, argent, travail.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

Joignez-vous à 1 097 autres abonnés

%d blogueurs aiment ce contenu :