Du rêve américain au rêve mexicain Les immigrants illégaux reviennent à la maison. Volontairement. Et pas seulement pour une visite!

Credit: Melanie Stetson Freeman/Staff

La journaiste Julie Turgeon nous résume Home again in Mexico: Illegal immigration hits net zero publié dans The Christian Science Monitor Weekly magazine.

Ces jours-ci, Pedro Laguna serait sans doute en train de couper du poulet dans une usine de transformation en Géorgie. Mais pas cette année. Après vingt ans de travail illégal aux États-Unis, il est de retour chez lui, à Tamaula, un petit village situé à flanc de montagne dans l’État de Guanajuato. Et il n’est pas le seul. Entre 2005 et 2010, un million de Mexicains auraient quitté les États-Unis pour leur México lindo y querido, faisant revivre ces villages vidés lors de la plus grand vague migratoire de l’histoire, dans les années 80 et 90. Or, cette tendance n’est pas sans incidences. La main-d’œuvre aux États-Unis s’assèche, et le Mexique doit repenser à son affaire; les milliards de dollars transférés par les migrants étant depuis longtemps la pierre angulaire du bien-être social.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

Joignez-vous à 1 077 autres abonnés

%d blogueurs aiment ce contenu :