«Chaque année en Europe, 25 000 personnes meurent à cause d’une bactérie résistante aux antibiotiques » (Le Canard enchaîné, 25 mai)

(Le Canard n’est pas disponible en ligne)

«Chaque année en Europe, 25 000 personnes meurent à cause d’une bactérie résistante aux antibiotiques »  La phrase choc est passée quasiment inaperçue. Elle a pourtant été publiée le mois dernier dans l’une des plus prestigieuses revues médicales, The Lancet (7/4). À en croire la quinzaine de médecins, réanimateurs, infectiologues, épidémiologistes du monde entier qui ont pris la plume, les bactéries sont en train de gagner la partie. The Lancet explique que dans certains pays « C’est l’agriculture qui pose désormais le plus gros problème » .  On piquouze le bétail quand il est malade, mais on lui en met aussi dans la gamelle. »

….

Et au Québec?

.

 Dans « La terre de chez nous » (03 février 2011), sous le titre « L’antibio-résistance au Canada et au Québec »

 Marie Nadeau, vétérinaire microbiologiste écrit :

« Par ailleurs, ces systèmes de surveillance ne sont pas complets sans la surveillance des volumes d’utilisation des antibiotiques en production animale. Présentement, ces données ne sont pas disponibles pour les animaux destinés à l’alimentation ni au Québec ni au Canada. »

….

Signalons aussi:

1- Les commentaires de Jean Pierre Léger, président de St-Hubert dans Canadian Poultry Magazine

.

«If we wait until our clients start pressuring us, it will be a little too late. It’s better if we start changing now, in order to do it in an orderly fashion

Jean-Pierre Léger, Président de St-Hubert

2- USA: viande contaminée par des bactéries résistant aux antibiotiques

.

.
 “Les antibiotiques injectés dans les oeufs de poulets rendent les Canadiens résistants aux medicaments.”
.
4- The Perils of Poultry (Canadian Medical Association Journal)
.
 «Taken in context with all the other knowledge we have, anyone still opposing a link between antibiotic use in food animal production and direct human health impact does so for other reasons than science.»
.
«Jérôme Castillo, a University of Montréal veterinarian who serves on CIPARS’ scientific advisory board, says that chicken hatcheries began using ceftiofur due to difficulties obtaining drugs capable of containing disease outbreaks. »
.

5- Lacing Animal Feed With Antibiotics Threatens Humans, Analysis Finds

….

.

L’excellent site Food Politics a abordé la question à plusieurs reprises :
.

….

Deux sites:

http://www.saveantibiotics.org/

http://www.foodpolitics.com/2008/09/antibiotic-use-resources/

Les Hurons veulent réapprendre leur langue laquelle n’a pas été parlée depuis un siècle

Milkriverblog

Contexte:

« À l’époque de Champlain, les Hurons sont les plus nordiques des fermiers.

Deux fois plus nombreux que les Iroquois, quelque 20000 Hurons habitent à l’extrême limite nordique cultivable du Nouveau Monde, près du lac qui porte leur nom, le territoire le plus densément peuplé du Canada amérindien. (…)

En 1648, un millier de guerriers iroquois passent à l’attaque: l’un après l’autre, les villages hurons tombent; ( ….) Juifs errants de l’époque, les Hurons se réfugient partout autour des Grands Lacs, entre autres dans les tribus de leurs anciens partenaires commerciaux, les Ojibways. Trois cent Hurons chrétiens abandonnent définitivement leur pays et, suivant les Français, vont se mettre en sécurité à l’île d’Orléans. Un an plus tard, la majorité d’entre eux préféreront revenir pour s’assimiler aux Iroquois vainqueurs. Seul un noyau de résistants s’y refuse; après quelques années à Sillery, ceux qui restent s’établissent à Lorette, à quelques kilomètres de Québec. »

Extrait de « La Conquête – Histoire des indiens du Québec (et du Canada) »

Groupe huron-wendat de Wendake (Lorette) à Spencerwood, Québec, QC, 1880

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

Joignez-vous à 1 108 autres abonnés